À l’agenda: investissements en faveur du climat

Sustainable Development Goal(s): 13. Climate action17. Partnerships for the goals

Priorities for change: EnergyTransversal
À l’agenda: investissements en faveur du climat

Selon le réseau DivestInvest, 985 investisseurs institutionnels du monde entier, qui représentent ensemble 6,24 milliards de dollars, ont annoncé en 2018 vouloir tourner le dos aux combustibles fossiles. Cependant, nous n’avons pas encore observé de grands bouleversements sur les marchés financiers. The Shift veut passer des paroles aux actes grâce à un ‘réseau d’apprentissage’.

Pour l’instant ils sont sept : des responsables financiers d’institutions académiques, de compagnies d'assurance et de fonds de pension qui se réunissent quatre fois par an pour apprendre les uns des autres en matière de ‘désinvestissements’. Bien que Bart Corijn de The Shift, coordinateur du réseau d’apprentissage, préfère le terme ‘investissements en faveur du climat’. “Nous nous sommes rendu compte que le terme divestment est porteur d’une connotation négative. Dans le monde financier, ce terme est surtout associé à une forme d’activisme.” Aussi, ce terme est parfois utilisé de manière très étroite, reléguant les aspects sociaux et les éléments de bonne gouvernance à l’arrière-plan.

Transition lente

Cette terminologie négative n’est qu’une des raisons pour lesquelles la transition est aussi lente. “Les directeurs financiers et les dirigeants sont terrifiés à l’idée de perdre de leur rendement. Or ce n’est qu’un mythe. Plusieurs études ont démontré qu’il n’y a pas de différence de rendement entre un portefeuille avec ou sans combustibles fossiles.” Mais ce qui constitue un réel frein actuellement est l’offre. “Les fonds veulent investir de gros montants mais, en ce moment, il y a encore trop peu de projets verts d’envergure dans lesquels investir.” De même, les investisseurs institutionnels examinent quelles données sont disponibles en matière de durabilité et la manière de les interpréter.

Investissements vers l’avenir

The Shift a interpelé les responsables financiers de son réseau pour leur montrer la plus-value de ce projet. “Il était important que ce soit eux, et non les responsables de la RSE, qui y participent. Ils prennent les décisions financières et ont un lien direct avec le conseil d’administration.” Pour les convaincre, The Shift est allé leur rendre visite personnellement. “Nous leurs avons expliqué pourquoi les investissements en faveur du climat sont un bon choix. D’une part, l'Europe travaille sur des réglementations en matière de financement durable et, d'autre part, les combustibles fossiles sont l'exemple classique d’actifs irrécupérables (stranded assets). Ce sont des investissements qui, certes, aujourd’hui continuent encore à rapporter de l’argent, mais qui seront déficitaires d’ici dix ans.

Pour renforcer son argumentation, The Shift a fait réaliser une étude. Forum Ethibel, une organisation à but non lucratif spécialisée dans le domaine des investissements durables, a compilé un document basé sur des rapports scientifiques que les organisations peuvent utiliser comme guide pour passer à un portefeuille d'investissement à faible teneur en carbone.

Mais le savoir n'est qu'un élément parmi d'autres. Ce réseau d'apprentissage permet d'échanger des idées sur la façon de combiner des investissements positifs et négatifs - en quoi peut-on investir davantage, que faut-il exclure - dans un environnement confidentiel, créant ainsi un cadre respectueux du climat.

Jeroen Vanden Berghe, Chief Logistics Adminstrator chez UGent, ajoute : "L'ambition d'UGent est d'apporter des solutions aux grands défis écologiques, sociaux et économiques actuels. Plus que jamais, cette ambition se reflète dans notre formation et notre recherche, mais aussi dans les choix que nous faisons dans nos propres opérations commerciales. Une stratégie d'investissement durable en fait partie intégrante depuis de nombreuses années : partager des expériences avec d'autres personnes ayant les mêmes ambitions, mais aussi s'en inspirer. Ceci a été rendu possible grâce au réseau d'apprentissage de The Shift, le réseau d'investissements en faveur du climat. Cela nous a donné un coup de pouce ; et nous espérons en inspirer d’autres."

Echange entre pairs

Mais la question se pose : un réseau d’apprentissage, est-ce vraiment le meilleur endroit pour parler finances ? Un soutien individuel ne serait-il pas plus approprié? “Nous ne sommes pas des conseillers financiers. Notre objectif est de donner aux participants l’occasion d’échanger avec leurs pairs. Ceci leur permet de découvrir quels arguments fonctionnent et lesquels ont plus de mal à être acceptés auprès du conseil d’administration.” Tout se passe dans un contexte non-commercial, sans aucun jugement de valeur. “Nous ne leur imposons rien. C’est à eux de décider dans quoi ils veulent investir ou non.” Bart Corijn souligne que le réseau d’apprentissage n’est pas un salon de discussion. “Les responsables financiers formulent des actions concrètes qu’ils peuvent par après soumettre à leur conseil d’administration.”

En partageant leurs connaissances et points de vue, des mesures concrètes sont prises en vue d'investissements ambitieux et réalistes en faveur du climat.

Paul Jolie, Directeur Financier de la KU Leuven : "Le réseau d'apprentissage a été à la fois inspirant et motivant pour nous et a conduit à des actions concrètes, équilibrées et réfléchies.  C'est ainsi que nous aimons travailler..."

Membres mentionnés dans cet article

Autres actualités