CEO Challenge chez Sodexo

Sustainable Development Goal(s): 11. Sustainable cities and communities12. Responsible consumption and production13. Climate action

Priorities for change: Transversal
CEO Challenge chez Sodexo

Depuis quelques années, The Shift offre à ses membres l'opportunité d'être mis au défi par de jeunes pionniers de la transition. Cette fois, Sodexo leur a demandé de porter un regard critique et constructif sur sa communication en matière de développement durable. Après plusieurs échanges, discussions et recherches, les Change Makers ont présenté leurs idées innovantes et leurs solutions "out of the box" lors de la dernière réunion : le CEO Challenge. Retour sur un challenge réussi et « refreshing » aux dires de Sodexo !

Le Challenge et le processus

Début octobre, trois autres Change Makers - Judith, Chloe et Bastien - et moi-même avons appris que nous avions été sélectionnés pour ce défi. Nous avions tous des parcours différents. Judith est la fondatrice de Foresightee et conseillère en communication stratégique. Bastien est entrepreneur en série et fondateur de e.a. The Changemakery, Take-Care, Impact Valley, Citizenfund et Sharify. Chloé est consultante en durabilité, fondatrice de Green Seeds et activiste de Regeneration & Democracy. Même s’il était attendu que nous fournissions des questions critiques, des idées et des solutions, ce fut aussi un processus d'apprentissage pour moi/nous. J'ai beaucoup appris des autres Change Makers, e.a. sur l'importance d'un materiality index dans la stratégie de communication.

 

Le 19 octobre, par l'intermédiaire de Teams, nous avons été invités à rencontrer certains employés de Sodexo et à obtenir plus d'informations sur le challenge. Sodexo veut que les consommateurs soient plus conscients de leurs choix de consommation et en tant que consom’acteurs fassent d'autres choix qui servent un monde plus durable, non seulement pendant les heures de travail, mais aussi dans les heures qui précèdent et qui suivent.

Dans les semaines qui ont suivi, nous avons eu d'autres sessions en ligne avec Catherine de The Shift et nous avons travaillé sur une présentation. Le 11 décembre, nous avons eu l'honneur de présenter nos idées au CEO et à d'autres dirigeants de Sodexo Belgique.

Fruits mûrs

L'élément rafraîchissant que les jeunes Change Makers peuvent apporter lors d'un CEO challenge est celui du regard extérieur. Avec nos questions et nos idées, nous invitons les collaborateurs d'une entreprise à sortir de leur zone de confort pour trouver des opportunités dans les nouvelles tendances. Souvent, le conseil d'administration est composé de personnes plus expérimentées, qui ont déjà essayé certaines idées dans le passé mais qui ont rencontré beaucoup de résistance à l'époque. En tant que jeunes nous pouvons leur signaler les idées qui sont à présent mûres et prêtes à être mises en œuvre. Nous avons parlé de technologie numérique et de gamification grâce au numérique (apps). Il y a quelques années, les Belges n'étaient pas encore prêts à travailler avec des QR codes, par exemple. Je me souviens que nous avons expérimenté les QR codes avec Bold Branders lors d'un événement en 2018 après avoir observé comment ils étaient utilisés par de nombreuses personnes en Asie de l'Est (Chine, Japon...). Lors de cette expérience, nous avions constaté que l'utilisation des QR codes était encore trop récente pour de nombreux Belges. En 2020, après mon retour, j'ai remarqué que les codes payconiq et QR étaient mieux acceptés. Beaucoup de choses ont donc changé en deux ans. La crise sanitaire a également ouvert la voie aux services digitaux ; de plus en plus de gens se familiarisent avec les réalités virtuelles. De plus, les services à emporter/à livrer sont davantage demandés car les gens en ressentent maintenant l'avantage et le confort. Une idée : voulez-vous apporter des valeurs de durabilité à l'atmosphère familiale ? Alors concevez des emballages à emporter remplis d'histoires sur la durabilité.

Pensée novatrice et obstacles structurels

Même si une entreprise comme Sodexo, membre de The Shift, veut être plus durable et veut inspirer d'autres entreprises à faire de même, il existe de nombreux obstacles structurels qui ne peuvent être surmontés rapidement. Lorsque nous avons testé nos idées sur une échelle de faisabilité et d'impact, l’importance de l’interdépendance avec d'autres acteurs, clients et consommateurs, nous est apparue. Quel risque une entreprise doit-elle prendre et quels sont les investissements nécessaires pour devenir plus durable ? Nous ne parlons souvent que de durabilité sociale et environnementale, mais nous ne devons pas perdre de vue qu'une entreprise veut aussi faire des bénéfices afin de pouvoir payer ses employés et investir dans des projets à impact positif. Cela m'a permis au moins de me rendre compte que la communication et la RSE au sein d'une entreprise ne sont pas suffisantes. Nous avons besoin d'éco-communicateurs qui impliquent les autres parties prenantes dans le processus d'apprentissage d'une transition.

Éco-communicateurs

Ces dernières années, je me suis intéressée à la manière de communiquer des idées et des enseignements sur la transition et la durabilité à des personnes qui ne sont à priori pas intéressées par ces sujets. Je crois en la communication comme un grand levier pour le changement culturel, et donc collectif. J'ai expérimenté un peu avec certains projets d'économie circulaire et j'ai également lu des textes scientifiques sur l'écolinguistique, l'éco-psychologie, la pédagogie de la durabilité, etc. et j'ai parlé à des experts dans ce domaine (psychologie, communication, pédagogie) pour savoir de quel langage, de quelles histoires (avec quelles valeurs) et de quelles ressources nous avons besoin pour impliquer les autres dans le processus d'apprentissage. Récemment, j'ai également commencé à me qualifier d'éco-communicatrice. Qu'est-ce que c'est ?

J'emprunte les mots de Leah Thomas, qui en mai 2020 a lancé le terme ‘intersectional environmentalist’ via un poste instagram et a ainsi lancé un mouvement. Dans un tweet du 22 septembre, elle a défini l'éco-communicateur comme suit "Quelqu'un qui communique des informations sur l'environnement et la durabilité. En tant que chercheuse en sciences de l'environnement et écrivain, je voulais combiner mon amour des deux choses et communiquer des informations environnementales plus accessibles via *plant emoji*, donc - éco-communicateur. (...).” Quand j'ai lu cela, je me suis reconnue. D'ailleurs, la reconnaissance est un outil puissant pour lier les gens à vous et pour apprendre ensemble.

 

Bien sûr, la communication sur la durabilité est plus qu'une simple communication écologique, mais elle dépend aussi de la façon dont vous voyez l'environnement et la nature. Désormais, je n'écrirai plus que ‘le reste de la nature’, pour souligner que les gens font aussi partie d'un écosystème. Si une créature - un arbre, un être humain ou autre chose - s'affaiblit dans votre écosystème, cela a un effet sur l'ensemble du système. La santé et la justice ne semblent pas immédiatement être des aspects de la durabilité écologique, pourtant pour moi, chaque thème a un rapport avec la nature.

 

Cinq moyens de communication sur la durabilité :

Lors du CEO challenge, nous avons également discuté des moyens suivants :

  1. Soyez transparent sur votre processus d'apprentissage de la durabilité
  2. Impliquez vos employés dans votre transition vers la durabilité
  3. Architecture des choix et nudging
  4. Limiter les choix et réduire ainsi le stress lié aux choix que beaucoup de personnes subissent dans cette société d'entraide en pleine évolution.
  5. Encourager la communication stimulante : travailler avec les bonnes émotions qui activent (et non pas paralysent), travailler avec le fait que les gens sont des êtres sociaux et se comparent à leurs voisins, collègues, amis...

 

Nous avons également insisté sur le fait que le Storytelling est tellement 2010. Après tous les scandales liés au Greenwashing notamment, nous voulons voir de l'action, et pas seulement des histoires. 2020, place au Storydoing. Permettez aux gens de faire l'expérience de la durabilité et d'apprendre ce qui est bon pour eux, pour les autres et pour le reste de la nature.

 

Vous voulez en savoir plus sur ces ressources ? N'hésitez pas à contacter les autres Change Makers ou moi-même via notre profil LinkedIn.

 

 

Rédaction: Wendy Wuyts

Membres mentionnés dans cet article