Ecover: “B Corp nous défie de réfléchir plus loin que nos produits d’entretien écologiques”

Sustainable Development Goal(s): 17. Partnerships for the goals

Priorities for change: Work & InclusionCircular EconomyResourcesBiodiversity
Ecover: “B Corp nous défie de réfléchir plus loin que nos produits d’entretien écologiques”

L’entreprise Ecover, originaire de Campine, est devenue l'un des plus grands fabricants de produits de nettoyage écologiques au monde. La durabilité est dans leur ADN. La décision d'opter pour un certificat B Corp a donc été prise rapidement.

Ecover forme, avec sa société-soeur Method, la société internationale People Against Dirty depuis 2012. Avec des filiales aux Etats-Unis et en Allemagne et un siège social au Royaume-Uni, la société Campine a largement déployé ses ailes.

Plus qu’une impulsion écologique

D’où vient la décision d’obtenir une certification B Corp?

Tom Domen, Long Term Innovation Manager chez People Against Dirty : "En 2012, nous avons acquis Method, l'un des membres fondateurs de B Corp en 2007. Method nous a rejoint pour une raison simple : aux États-Unis, les entreprises sont légalement obligées de faire les choix les plus rentables. Mais Method n’y croit pas. Les entreprises qui obtiennent un certificat B Corp signent un cadre juridique qui les oblige à prendre en compte, pour chaque décision, l'impact de toutes les parties prenantes. De cette manière, leur mission est protégée contre la chasse au profit et le changement de management, et ceci leur permettra d'être plus flexibles en termes de ventes et de liquidités que les autres entreprises américaines. Lorsque B Corp s'est installé en Europe en 2015, nous étions tout de suite partant pour obtenir un certificat. Et quand People Against Dirty s'est formé, nous sommes allés chercher un certificat ensemble. D’ailleurs, on a eu un très bon score. Pour réussir, vous devez obtenir au moins 80 points sur 200. On a accumulé 146 points."

Quels sont les avantages de ce certificat pour People Against Dirty?

"Notre entreprise est partie d'une motivation purement écologique : dans les premières années, nous nous sommes surtout penchés sur des questions telles que la biodégradabilité et la diminution de la toxicité. B Corp se penche sur un spectre beaucoup plus large, il suffit de penser au social community building. Grâce à ce certificat, nous sommes mis au défi de penser plus largement que notre corebusiness."

"En outre, le certificat offre une solution contre la prolifération des labels qui existent aujourd'hui. Dans le passé, nous luttions surtout pour les labels écologiques. De nombreuses entreprises remplissent une liste de critères, obtiennent un label puis ne font plus rien. Le certificat B Corp oblige les entreprises à s'améliorer continuellement, car il est quantifiable. Tous les trois ans, l'entreprise fait l'objet d'un contrôle. Vous remplissez un long questionnaire et les collaborateurs de B Lab viennent dans votre entreprise pour effectuer un audit. Ceci détermine si votre certificat sera renouvelé ou non. Lors de chaque renouvellement, vous pouvez améliorer votre score, afin que l’entreprise puisse se remettre en question encore et encore."

"Parce que le score que vous utilisez pour obtenir le certificat est affiché en chiffres, il s'intègre dans le rapport de votre entreprise. Ceci garantit la transparence. Chez People Against Dirty, nous nous attribuons trois scores par mois : un score produit, un score financier et un score B Corp. Ce dernier, bien sûr, évolue un peu plus lentement que les deux premiers. Pour voir cette évolution, nous essayons de poser suffisamment de questions à nos employés sur leur bien-être dans l'atelier."

"Un autre avantage du certificat B Corp est le réseau qui y est rattaché. Au moins une fois par an a lieu un événement B Corp au niveau européen au cours duquel nous échangeons des bonnes pratiques avec d'autres entreprises qui ont obtenu le certificat. Cet événement de réseautage prend de l'ampleur chaque année, mais rien ne nous empêche de communiquer avec des entreprises qui nous interpellent ou que nous attendons avec impatience, comme Patagonia (société américaine de vêtements vendant des vêtements d’extérieur, ed.). Au Benelux, nous pouvons nous-mêmes être ce pionnier et rapprocher les entreprises. Le partenariat avec The Shift est extrêmement important à cet égard."

Créer des jobs à Chicago

Vous avez un score presque parfait quand il s'agit de produits durables. Comment abordez-vous l'aspect du développement de la communauté sociale ?

"Notre score social est plutôt moyen. Mais nous sommes ambitieux et nous voulons nous mettre au défi de tirer le meilleur parti du domaine social. C'est pourquoi nous avons pris de nombreuses initiatives en ce sens ces dernières années. Notre usine de Chicago a été construite dans un quartier où régnaient la pauvreté et un taux de chômage élevé. Nous nous engageons à travailler en étroite collaboration avec la communauté locale. Et le parc autour de nos bâtiments veille à garantir davantage de verdure et de biodiversité dans la région."

"En Belgique aussi, nous prenons nos responsabilités. Ainsi, nous mettons l'accent sur la diversité sur le lieu de travail. Nous organisons également des cours de néerlandais. De cette façon, nous nous efforçons d'être un employeur attractif et de soutenir nos employés là où c'est nécessaire."

Articles connexes

Membres mentionnés dans cet article